Propriétés et usages de l’huile essentielle de lavande vraie

Emblématique de la filière PPAM en France, la lavande vraie produit une huile essentielle riche en linalol et en acétate de linalyle. Cette huile essentielle est traditionnellement utilisée pour ses propriétés apaisantes, mais aussi cicatrisantes et antiseptiques.

Vérifions ensemble quelles sont les données scientifiques actuelles à son sujet pour confirmer la pertinence de ses usages traditionnels.

Présentation de la plante

La lavande vraie, de son nom binomial Lavandula angustifolia Mill., est une plante de la famille des Lamiaceae originaire du sud de l’Europe. Sa culture est très importante dans le sud de la France, mais aussi dans les Balkans.
On extrait de ses fleurs une huile essentielle principalement composée de linalol et d’acétate de linalyle. Son hydrolat est aussi commercialisé. Ses fleurs peuvent directement être consommées en tisanes, voire dans des préparations culinaires (bonbons, pâtisseries…).

Composition de l’huile essentielle

L’huile essentielle de lavande vraie, lorsqu’elle correspond aux normes de la Pharmacopée Européenne, contient 20 à 45 % de linalol et 25 à 47 % d’acétate de linalyle, qui représentent ensemble au moins 60-65 % de l’huile essentielle. Elle contient également du terpinèn-4-ol (maximum 8 %) et un peu de 1,8-cinéole (maximum 2.5 %). Elle se différencie de l’huile essentielle de lavande aspic et de lavandin par sa teneur en camphre, qui ne doit pas excéder 1.2 %.

Composition de l’hydrolat

Non-normée, elle peut être variable selon les sources. Il a été montré que la teneur en linalol varie selon le mode d’extraction : l’hydrodistillation (plantes immergées) offre un meilleur rendement en linalol que la distillation à la vapeur (plantes hors de l’eau), probablement car elle permet l’hydrolyse de l’acétate de linalyle. Les teneurs en substances actives sont cependant très faibles, de l’ordre de la dizaine voire de la centaine de ppm (partie par million).

Etat de la littérature scientifique

La lavande et son huile essentielle sont reconnues d’usage traditionnel en Europe par l’Agence de Médecine Européenne. L’huile essentielle fait l’objet de plusieurs monographies officielles : OMS, EMA, Pharmacopée Française et Européenne, Commission E.
Toutes ces instances reconnaissent la pertinence des usages traditionnels de l’huile essentielle de lavande dans l’anxiété et l’insomnie liée au stress.

Pharmacologie

De nombreuses études ont été conduites, des essais in vitro (en laboratoire) aux essais cliniques (sur des cohortes de patients). Les essais in vitro nous ont permis d’identifier plusieurs mécanismes d’action du linalol, le composé porteur de l’activité de l’huile essentielle de lavande, au niveau cérébral.

Le linalol est notamment un inhibiteur non-compétitif du glutamate : cela signifie qu’il module indirectement l’activité de ce neurotransmetteur via sur action sur le récepteur NMDA. La conséquence de cette action est une diminution globale de l’excitabilité neuronale. Il est également capable de moduler l’activité de la sérotonine, le neurotransmetteur responsable de la sensation de bien-être et de sérénité. D’autres mécanismes ont été mis en évidence : la capacité du linalol à modifier l’expression des gènes, un impact possible sur la concentration de cortisol… Il n’y a donc pas un seul mode d’action qui pourrait expliquer les propriétés apaisantes de l’huile essentielle de lavande et de ses composés principaux, mais bien plusieurs leviers qui sont actionnés et qui convergent vers un effet de relaxation global.

Les études in vitro et chez l’animal ont également contribué à démontrer les effets anti-microbiens, anti-inflammatoires et spasmolytiques de l’huile.

Activité sur le système nerveux

Plusieurs études ont observé l’effet de l’inhalation de l’huile essentielle de lavande sur le cerveau via des mesures par électroencéphalogramme. Les résultats montrent une modification des ondes cérébrales semblable à la modification attendue lorsque l’individu est plus relaxé. C’est un argument supplémentaire en faveur d’un effet relaxant de l’huile essentielle de lavande, y compris par inhalation.
Des essais sur l’amélioration des capacités cognitives ont aussi été menés. Dans l’ensemble, l’inhalation d’huile essentielle de lavande améliore les performances de la mémoire de travail, améliore les temps de réaction dans la réalisation de tâches simples liées à la mémoire de travail et à l’attention (par exemple, du calcul mental) et aide à maintenir l’attention sur la durée.

Autres propriétés de l’huile essentielle de lavande

Certaines revues prêtent également à l’huile essentielle de lavande une activité antinociceptive. Plusieurs essais cliniques ont montré des résultats encourageants sur son usage en massage local chez des personnes souffrant d’ostéoarthrite (Paixão et al., 2021). Cette diminution du ressenti de la douleur, combinée à la diminution de l’anxiété, fait de l’huile essentielle de lavande un complément intéressant dans l’accompagnement des cancers (Mardani, 2022).

Quelques données évaluant l’intérêt dans l’accompagnement de la ménopause chez la femme de l’huile essentielle de lavande ont été publiées. L’huile aurait un intérêt du fait de ses effets anxiolytiques, mais aussi en réduisant les dysménorrhées (Salehi-Pourmehr et al., 2020). La pertinence de ces résultats est encore à confirmer.

Concernant ses effets pro-cicatrisants, il semble que l’huile essentielle de lavande favorise la synthèse de collagène, la différentiation des fibroblastes, et aide les plaies à se refermer plus rapidement. Combinés à ses activités antimicrobiennes et anti-inflammatoires mises en évidence in vitro, cela en fait effectivement une alliée de choix dans la cicatrisation des plaies (Nascimento et al., 2022).

Risques d’utilisation

Enfin, il est important de considérer également les risques liés à l’utilisation d’une huile essentielle. La lavande fine est une huile qui présente très peu de risques de sécurité. Mentionnons tout de même que le linalol, s’il est oxydé, peut devenir allergisant et entraîner des réactions, notamment en usage cutané. Il est donc essentiel de faire un test de tolérance avant tout usage, en déposant une goutte d’huile essentielle au pli du coude : il ne doit pas y avoir de réaction cutanée (rougeur, gonflement…) dans les 24 heures suivantes.

Et l’hydrolat ?

Du côté de l’hydrolat, peu d’études ont été réalisées. Il a été démontré qu’il n’a pas d’effet antimicrobien, probablement car il ne contient pas assez de substances actives. De la même façon, son activité antioxydante n’est pas significative. En revanche, deux études montrent qu’il empêche le développement bactérien en formulation cosmétique : en plus de son intérêt sensoriel, il semble être un conservateur intéressant (Kunicka‐Styczyńska et al., 2015).

Applications pratiques de l’huile essentielle de lavande

L’huile essentielle de lavande vraie ne porte pas le surnom de « couteau suisse de l’aromathérapie » par hasard. En effet, elle a son intérêt dans beaucoup d’indications et dans divers modes d’utilisation. Voici une liste non exhaustive d’utilisations de l’huile essentielle de lavande vraie (aussi appelée fine ou officinale).

Quelques précautions avant l’usage de l’huile essentielle de lavande :

  • Test cutané : test qui consiste à appliquer pur ou dilué une huile essentielle (selon le besoin et les recommandations des huiles essentielles), au pli du coude, fermer le coude et attendre 20 minutes – si aucune réaction, on pourra l’utiliser sur le point à traiter.
  • On n’utilise pas les huiles essentielles dans les oreilles, les yeux, sur les muqueuses.
  • Avant 6 ans : l’utilisation de l’huile essentielle de lavande est possible en usage cutané dès 3 mois, diluée à 1 %.

Dès 6 ans : une goutte sur une noisette d’un support huileux 3 fois par jour maximum.

Voici des exemples d’utilisations :

Troubles du système nerveux

Au niveau psychique, en tant que rééquilibrant nerveux, elle pourra accompagner de nombreux troubles : anxiété, stress, irritabilité, colère, troubles du sommeil, problème de concentration, crise d’angoisse (en cas de spasmophilie, tétanie), comme sédatif.
Dans ces cas, la voie olfactive est très intéressante, à condition d’apprécier son odeur.
Cette méthode peut être utilisée, soit sur un support comme un stick inhaleur, soit en diffusion grâce à un diffuseur à sec ou un diffuseur ultrasonique.
On pourra l’utiliser seule ou en association avec d’autres huiles essentielles qui seront sélectionnées pour leurs propriétés dans la gestion du stress.

Douleurs locales

En traumatologie et en rhumatologie, on utilisera ses vertus antalgique et anti-inflammatoire dans des mélanges pour application locale sur des zones douloureuses.
Antalgique et anti-infectieuse, elle sera aussi utilisée en cas de douleur des oreilles comme en cas d’otite, à partir de 3 ans : mettre une goutte de lavande vraie dans une goutte d’huile végétale (ex : huile végétale d’amande douce) derrière l’oreille après avoir fait un test de tolérance cutané et masser. A faire 3 fois par jour pendant 5 à 7 jours.
Attention : une otite nécessite une consultation médicale. On ne met jamais d’huiles essentielles dans les oreilles !

Problèmes cutanés

Pour ses vertus antiseptique, cicatrisante (en cas de plaie, de brûlures légères, varicelle, zona), anti-infectieuse cutanée (acné, abcès cutané), piqûres d’insectes, dermites atopiques (eczéma, psoriasis, dartre cutané), allergie cutanée, antifongique en cas de mycose cutanée.
L’huile essentielle pourra être utilisée pure ou diluée sur des problèmes cutanés, selon la pathologie et le profil de la personne.
Pour la cicatrisation, elle sera utilisable pure ou diluée dans une huile végétale, de l’aloe vera ou bien dans une crème adoucissante.
En cas d’ampoule ou d’échauffement, l’employer pure ou diluée dans de l’huile végétale, ceci en fonction de la zone et de l’étendue. Pour une brûlure légère, un coup de soleil, quelques gouttes suffisent dans une noisette d’huile végétale de calendula ou d’aloe vera.
Grâce à son action anti-infectieuse, elle peut être utilisée pure ou diluée (selon la tolérance) sur un bouton comme dans les cas d’acné.

Prévention et traitement des poux (dès 3 ans) :

  • En préventif : mettre 1 goutte d’huile essentielle de lavande vraie dans une noisette d’huile végétale de coco et appliquer le mélange à la base des cheveux au niveau de la nuque – 5 jours sur 7. Il est possible dans cet usage d’utiliser l’huile végétale de coco seule.
  • En traitement : mettre 2 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie dans deux cuillères à café de shampoing doux neutre – mélanger doucement dans le creux de main et laver les cheveux – à faire 2 fois à une semaine d’intervalle.

Après le shampoing, utiliser un peigne à poux, penser à laver tout ce qui se lave. Ce qui ne peut pas être lavé sera mis dans un sac-poubelle pendant 3 jours.

Quelques exemples de formulations avec de l’huile essentielle de Lavande vraie

Relaxation avec un stick olfactif

  • HE de lavande vraie : 6 gouttes
  • Essence d’orange douce : 6 gouttes

Les gouttes sont à mettre sur la partie tamponnée à l’intérieur de l’inhalateur et à respirer en moyenne 3 fois par jour pour un effet relaxant.

Diffusion avec l’usage d’un diffuseur

  • HE de lavande vraie : 4 gouttes
  • Essence de mandarine : 3 gouttes
  • HE de petit grain bigarade : 3 gouttes

A mettre dans l’eau du diffuseur ultrasonique pendant 30 minutes. La diffusion ne sera pas faite en présence d’un jeune enfant, d’une personne allergique, asthmatique, épileptique ou en cas de Parkinson.

Formule antalgique, décontracturante, anti-inflammatoire pour l’adulte

  • HE de lavande vraie : 60 gouttes
  • HE de gaulthérie odorante : 90 gouttes
  • HE de verveine citronnée : 60 gouttes

Huile végétale d’arnica à mettre dans un flacon jusqu’à obtenir 50 ml de liquide au total. A utiliser localement – quelques gouttes du mélange en massage.
Attention, cette formule ne convient pas : aux femmes enceintes ou allaitantes ou aux enfants – aux personnes sous anticoagulants oraux – aux hémophiles – aux personnes allergiques à l’aspirine.

En application locale pour un effet apaisant cutané (comme en cas d’allergie cutanée)

Hydrolat de Lavande vraie
Hydrolat de Camomille noble
faire un mélange à partie égale dans un spray et vaporiser directement sur la zone à traiter. Pour le visage, on vaporise sur une compresse non tissée puis on tamponne doucement sur la partie irritée.
Ces formules sont proposées à titre indicatif, il en existe d’autres dans la littérature vulgarisée. Avant tout usage, s’assurer que la formule convient à votre état de santé particulièrement en cas de suivi médicamenteux. Cet article n’est pas un conseil individuel. N’hésitez pas à demander à une personne compétente si cela vous convient avant utilisation.

Autres conseils

Enfin, quelques règles générales si vous souhaitez utiliser des huiles essentielles :

  • Acheter de la qualité, un produit pas cher est souvent frelaté
  • Bien lire l’étiquette afin de ne pas confondre l’huile essentielle de lavande fine (Lavandula angustifolia) avec de l’huile essentielle de lavande aspic (Lavandula spica ou L. latifolia) ou de lavandin (Lavandula x intermedia) qui elles contiennent des cétones, notamment du camphre qui est toxique au-delà d’une certaine dose.
  • Respecter la dose, l’âge et l’état de la santé de la personne qui s’en servira.
  • Ne pas mettre, dans les yeux, le nez, les oreilles…
  • Préférer l’utilisation diluée en cas de doute ; pratiquer un test au pli du coude avant toute utilisation de l’huile essentielle ou d’un mélange la contenant.
  • Se laver les mains après manipulation de n’importe quelle huile essentielle.
  • En cas de problème, contacter le 15 ou le centre anti-poison le plus proche.

Applications pratiques : écrit par Sylvie Micic
Etat de la littérature : écrit par Isabelle Machet

Cet article est purement informatif et ne constitue ni un diagnostic, ni une prescription. Les informations présentées ne tiennent en rien responsables les auteures si mauvais usage.
Pour un conseil personnalisé spécifique à chacun, un rendez-vous individuel est plus adapté. Il vous permettra de poser toutes les questions nécessaires.

Sources bibliographiques

EMA Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). Assessment report on Lavandula angustifolia Miller, aetheroleum and Lavandula angustifolia Miller, flos. EMA/HMPC/143183/2010. 27 March 2012.

KUNICKA‐STYCZYŃSKA, Alina, ŚMIGIELSKI, Krzysztof, PRUSINOWSKA, Renata, et al. Preservative activity of lavender hydrosols in moisturizing body gels. Letters in applied microbiology, 2015, vol. 60, no 1, p. 27-32.

MARDANI, Abbas, MALEKI, Maryam, HANIFI, Nasrin, et al. A systematic review of the effect of lavender on cancer complications. Complementary Therapies in Medicine, 2022, p. 102836.

NASCIMENTO, Ariane Souza do, TAMIASSO, Renata Souza Souto, MORAIS, Sabrina Ferreira Monteiro, et al. Essential oils for healing and/or preventing infection of surgical wounds: a systematic review. Revista da Escola de Enfermagem da USP, 2022, vol. 56.

PAIXÃO, Viviane Lucia Barão et DE CARVALHO, Jozélio Freire. Essential oil therapy in rheumatic diseases: A systematic review. Complementary Therapies in Clinical Practice, 2021, vol. 43, p. 101391.

SALEHI-POURMEHR, Hanieh, OSTADRAHIMI, Alireza, EBRAHIMPOUR-MIRZAREZAEI, Mehdi, et al. Does aromatherapy with lavender affect physical and psychological symptoms of menopausal women? A systematic review and meta-analysis. Complementary Therapies in Clinical Practice, 2020, vol. 39, p. 101150.

Isabelle Machet
error: Content is protected !!